Collection

L’Abbaye de Parc abrite aujourd'hui une collection de plus de 1.200 tableaux et autres objets d'art. Le cabinet des estampes exceptionnellement riche compte environ 3.000 numéros d'inventaire.

De la collection de base historique originale de l'ancien régime suite à des saisies, des ventes, le vol et même la destruction, il y a une partie plutôt limitée, mais quand même importante et représentative dans la collection du monastère qui est encore conservée. Le 11 Juillet 1836, le supérieur Petrus Ottoy (1836-1840) a lu dans la salle capitulaire, en présence de onze canons, le décret pour la reconstruction de l'abbaye. Le nouveau supérieur a fait un effort pour restaurer l’abbaye, qui avait subi beaucoup de dégâts, et de construire dessus la bibliothèque. Ottoy a légué sa collection personnelle de tableaux, qu’il avait réussi à acquérir à partir de l’achat d'autres collections anciennes du monastère. Sous la puissante impulsion de ses successeurs, l’abbaye a poursuivi sa progression et l'abbaye a connue vers la fin du XIXe siècle une grande prospérité. La collection s’est encore élargie avec des pièces provenant des collections d'art des autres frères et des achats effectués à partir d'autres collections ou par l’intermédiaire du commerce de l'art.

Une partie importante du patrimoine de l'abbaye sera exposée par PARCUM. De plus, le musée s’est également inspiré de la collection du CRKC. Cette collection d'objets d'art et culturels des monastères flamands, églises et abbayes reflète la riche culture religieuse en Flandre au cours des quinze derniers siècles.